SlidX, nouvelle entreprise commercialisant un drone à usage professionnel, le Kayrys, a utilisé l’impression 3D pour composer une partie du prototype de son véhicule.

Il s’agit d’une technologie qui prend son envol ces dernières années. L’impression 3D, fabrication additive de matière construisant désormais des pièces fonctionnelles, possède des avantages non négligeables dans la conception technologique.

C’est dans cette optique que l’équipe SlidX s’est dirigé vers cette solution. Grâce à son partenaire situé à Montréal, Lézar3D, c’est en moins de 20 jours que l’ensemble des 150 pièces composant la partie avant du véhicule ont été produites. Cette technologie permet de construire un système entier composant 60% de l’habillage aérodynamique et furtif du Kayrys.

“Cela facilite le remplacement de pièces défectueuses. Lorsque l’une d’entre elle se brise durant les tests de vol, il est plus simple et moins long de relancer une impression 3D uniquement de celle-ci . Le coût de revient peut alors être divisé par 3” explique l’un des concepteurs du KAYRYS, Gary Chorostecki.

Outre cette économie de temps, imprimer des pièces en 3D permet de répondre à une autre problématique très importante aux yeux de l’entreprise : l’empreinte carbone. En effet, chacune des pièces est imprimée en PLA, plastique organique issu de l’amidon de maïs.

Le véhicule KAYRYS, entièrement électrique, répond ainsi aux engagements environnementaux de l’entreprise.

C’est une avancée pionnière dans la conception d’un engin de cette envergure, dont le reste est composé en carbone, matériau léger, stable et composite.

Vous trouverez notre partenaire en impression 3D ici :

Lezar3D-logo-final

Sur Facebook et Google +

By | 2017-05-08T20:05:17+00:00 juillet 29th, 2016|SlidX|0 Comments